Actualités

OPALEXE et Fake News.

Je vous prie de trouver ci-joint  le message important envoyé par Patrice Brindeau, Référent National Opalexe

Chère Consœur, Cher Confrère, 

 Mes divers échanges me font découvrir des « fake news » portant sur Opalexe, notamment :

 1)      Opalexe aurait été développé par une petite entreprise d’Aix-en-Provence : faux. Opalexe a été développé par la société CerEurope ( www.certeurope.fr ), parfaitement connue des avocats pour fournir leur clef RPVA, filiale du groupe Oodrive ( www.oodrive.fr ), sous l’œil attentif du CNCEJ et de la Chancellerie.

2)      Opalexe serait fait pour orienter vers la médiation (! On aurait envie de sourire ?) : faux. A ma connaissance, la médiation n’est pas une procédure écrite et « contradictoire ». Opalexe est adapté aux expertises, notamment civiles.

3)      Opalexe mettrait en danger les avocats car les clients peuvent accéder au jour le jour aux documents publiés dans Opalexe : faux. Il suffit de ne pas inscrire les acteurs (= les personnes physiques) des parties.

4)      Opalexe contraindrait à récupérer les fichiers un par un : faux. Il existe une fonction TELECHARGER qui, après avoir sélectionné TOUS les fichiers (case de couleur ocre) d’un répertoire, permet de les récupérer en bloc (générant un fichier en .zip).

5)      Le support Opalexe coûterait cher (par téléphone) : faux. Il suffit de demander, par courriel, l’assistance à support@certeurope.fr (pour la carte) ou à support@opalexe.fr (pour l’aspect fonctionnel d’Opalexe) : « merci de me rappeler tel jour à telle heure sur tel numéro ».

6)      Opalexe ne permettrait pas aux avocats de se connecter avec leur PC, tablette ou ordiphone : faux. Tout avocat peut se connecter à Opalexe via son portail eBarreau, avec ID + MDP + OTP, par PC, tablette ou smartphone (ID = identifiant ; MDP = mot de passe ; OTP = One Time Password, reçu par SMS).

7)      Le paiement par SEPA serait obligatoire : faux. C’est une option que chaque expert accepte (ou non).

ke NewsJe ne dis pas qu’Opalexe est parfait, nous avons encore du pain sur la planche et le CNCEJ y travaille beaucoup, mais ces « fakes news » sont « déplacées ». Les experts doivent rétablir la vérité (qui devrait leur être chère). Ainsi, la principale contrainte concernant le développement d’Opalexe repose sur la transmission d’informations réelles, justes, précises, sincères,... Les formations aux experts, aux avocats, aux magistrats et greffiers sont nécessaires. Pour votre gouverne, au 31 janvier 2019, Opalexe comptait notamment 1.806 experts et 8.366 expertises. Uniquement sur le mois de janvier 2019, 17.341 documents y ont été déposés.

Meilleures salutations confraternelles

Patrice Brindeau

Référent National Opalexe

(Publié le 19 février 2019)


Retards abusifs des envois des rapports d'expertise.

Cher collègue,

En ce début d'année, Madame SANSOT Françoise, vice-président du TGI chargé des référés en matière médicale a adressé à la Compagnie des Experts Médecins près la cour d’appel de Paris un courrier signifiant son mécontentement car il semble qu'un certain nombre de dossiers relevant de son domaine de l'expertise médicale ne soient pas remis dans les délais imposés et notés dans la mission initiale. Mme SANSOT a fait part de son intention d'adresser rapidement un courrier avec des termes fermes aux collègues dans cette situation.

La CNEJOS n'a pas été destinaire d'un tel courrier. Il semblerait donc que les Membres de notre Compagnie ne soient pas concernés par ces reproches.

À toutes fins utiles,  il nous appartient de demander un délai lorsque le délai initial va être dépassé. Cela demande un travail supplémentaire, mais c'est une gestion importante pour que l'ensemble des parties soit tenu au courant de l'évolution de notre mission.

Si vous êtes concerné par ces retards récurrents, nous ne pouvons donc que vous recommander de lui adresser une demande de délai le plus rapidement possible, en expliquant également en quelques mots la cause de ce retard. Cette demande de délais ne devant pas se limiter aux Référés mais à l'ensemble des missions confiées.

Je vous rappelle également que lors du renouvellement quinquennal sur la liste de la cour d'appel de Paris, l'étude des délais et en particulier des retards répétés pour la remise des expertises est un des critères pris en compte pour cette réinscription.

Je vous remercie de l'attention que vous porterez à cette information et à votre réactivité.

Bien cordialement,

Patrick Simonet

Vice Président de la CNEJOS

(Publié le 1 février 2019)